Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gonzague Saint Bris
  • Le blog de Gonzague Saint Bris
  • : Ce blog présente toutes les actualités de l'écrivain, journaliste et historien Gonzague SAINT BRIS.
  • Contact

Recherche

Catégories

6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 09:41

Jeudi 25 avril et Lundi 2 septembre : Dans le cadre d'un voyage privé sur les châteaux de la Loire organisé par le magazine Point de Vue, Gonzague Saint Bris accueillera les lecteurs pour une visite du Clos Lucé. Informations auprès de Claudia Reginensi 01 75 55 10 23 et par mail invitationcrg@pointdevue.fr

 


2013-01-16-1695-POINT_DE_VUE.jpg

2013-01-16-1695-POINT_DE_VUE2.jpg

2013-01-16-1695-POINT_DE_VUE3.jpg

2013-01-16-1695-POINT_DE_VUE4.jpg

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 12:16

2013-01-10-1713-PARIS_MATCH.jpg

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 10:39

2012-12-20-1972-LE_FIGARO_LITTERAIRE.jpg

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 17:08

2012-12-19-1227-LE_POINT.jpg

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:31

Louis XIV, le Roi-Soleil était-il celui que l'on croit ?

15/11/2012 05:35
Le portrait d'apparat de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud, qui a servi à la couverture du livre de G. Saint Bris, trône au château de Chenonceau. Le portrait d'apparat de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud, qui a servi à la couverture du livre de G. Saint Bris, trône au château de Chenonceau.

Comme à son habitude, l’écrivain-biographe Gonzague Saint Bris livre un portrait hors des sentiers battus du Roi-Soleil, riche en anecdotes inédites.

Après François Ier et Henri IV, votre trilogie royale s'arrête à Louis XIV. Pourquoi eux ?

« Parce que ce sont les trois plus grands. Ils incarnaient la chair de la France. Mais Louis XIV est peut-être celui qui a le mieux fait le métier de roi ».

C'est un portrait parfois inattendu du roi soleil…

« Louis XIV est le plus célèbre des rois de France et aussi le plus méconnu. Un exemple, on le disait petit à cause d'une armure qui lui avait été offerte, qui est exposée au Louvre. Or, cela est confirmé par des historiens spécialistes, il mesurait 1,84 mètre, ce qui était très grand pour l'époque. Depuis des siècles on le présente comme un personnage prétentieux, mégalo, hyperpersonnel alors qu'en vérité il n'a cessé de jouer collectif avec ses ministres dont la plupart étaient issus du peuple. »

 Chauve à 20 ans

« Il fit de même avec les artistes qui l'entouraient. Racine couchait sans sa chambre pour lui lire ses pièces. »

Vous écrivez qu'il prônait la diversité à Versailles.

« Louis XIV n'est ni raciste, ni antisémite. Toutes les nationalités existent à Versailles, les noirs, les Persans,… Un roi d'Afrique, nommé Zéna voulut que son jeune fils, Aniaba, connaisse le grand roi de France. Avec son copain Banga, après un long voyage, Aniaba a été présenté au roi qui en fit son filleul et lui donna un nouveau prénom : Louis ! »

Racontez-nous l'épisode de la fistule royale…

« Le Roi souffrait atrocement d'une fistule, dont il dut se faire opérer, malgré tous les risques encourus. L'opération fut un succès. Madame de Brinon, directrice du collège de jeunes filles de Saint-Cyr, écrivit un petit texte pour célébrer l'événement, que Lully mit en musique. George Friedrich Haendel qui l'avait écouté, exporta ce petit motet en Angleterre, auprès de son employeur, le roi George 1er et lui joua ce morceau, avec des paroles anglaises. Le morceau s'appelait Dieu Sauve le Roi. Il devint God Save The King. L'hymne anglais a été composé autour de l'anus de Louis XIV ! »

On découvre que Louis XIV était chauve à 20 ans.

« C'est Michael Jackson qui me l'avait rappelé dans la jungle africaine, alors que nous traversions le fleuve Ogoué, lui qui avait dans son salon la copie de la statue équestre de Louis XIV par Bouchardon : le Roi-Soleil a perdu ses cheveux, à l'âge de 20 ans, après avoir contracté la typhoïde lors de la bataille de Nimègue. Il disposa toute sa vie d'un cabriolet à perruques, près de sa chambre, pour les perruques de chasse, de messe et du souper. »

Et qu'il était obsédé par les femmes et l'amour…

« En tout cas, il était doté d'une vitalité extraordinaire, troussant à tout-va. Dans sa jeunesse il baisait tout le temps sa maîtresse Madame de Montespan, parfois même en plein jour, et le soir il allait honorer la reine. Le roi s'inquiéta auprès de son médecin que les enfants de la reine mouraient tous quand ceux de la Montespan étaient forts et vigoureux. Le docteur eut ce mot, évoquant la reine malheureuse : " Il ne reste à cette dernière que la rincée du verre ". »

 « Louis XIV et le Grand Siècle », par Gonzague Saint Bris. 320 pages, 21,50 €, aux Éditions Télémaque.


Propos recueillis par Pascal Landré
Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:29

2012-11-28-1491-POINT_DE_VUE.jpg

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:27

2012-12-05-1307-PARIS_MATCH.jpg

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:20

Le Point.fr - Publié le 07/09/2012 à 12:35

"Paroles de jardiniers", une opération destinée à faire découvrir les jardins des Yvelines, a été lancée au château de Versailles.

Catherine Pégard, en compagnie d'Alain schmitz (à gauche) et d'Henri-François de Breteuil.

Catherine Pégard, en compagnie d'Alain schmitz (à gauche) et d'Henri-François de Breteuil. © DR


Rendez-vous au Trianon en fin de journée. Les visiteurs du jour sont partis, le parc est à nous ! Plus magique qu'un tapis rouge, un chemin de lanternes guide les pas vers le péristyle du Grand Trianon. Le soleil couchant dore le marbre rose des colonnes et donne bonne mine. Un bon présage pour la soirée qui s'annonce. Avant que ne tombe la nuit, les abeilles s'étourdissent encore des grandes hampes fleuries de bleus et blancs des parterres. Les conversations des nombreux invités bourdonnent elles aussi. Signe de l'intérêt qu'ils portent au dynamisme touristique de leur département, plusieurs députés, conseillers généraux ou maires ont tenu à être présents pour le lancement de cette première campagne d'ouverture des jardins des Yvelines. De nombreux propriétaires de châteaux et de jardins de tailles plus modestes s'apprêtant à accueillir les visiteurs sont également présents.

Pour Catherine Pégard, qui fêtera le 2 octobre son premier anniversaire à la présidence de l'établissement public du domaine national de Versailles, il est encore des premières fois. Et c'est à elle, qui règne désormais sur le jardin le plus visité de France (six millions de visiteurs par an !), qu'il revient d'annoncer l'ouverture de cette première opération "Paroles de jardiniers".

Dans les bosquets

"Ici, vous êtes à Versailles, mais d'abord chez Alain Baraton" s'amuse-t-elle en clin d'oeil au jardinier en chef du Grand Parc et de Trianon et parrain de l'opération. "Grâce à lui, j'ai commencé à m'intéresser aux fleurs et aux plantes, avoue-t-elle, et quand il m'a proposé de préfacer un très beau livre à paraître sur l'herbier de Marie-Antoinette, j'ai accepté volontiers." À sa suite interviennent Alain Schmitz, président du conseil général des Yvelines, puis Henri-François de Breteuil, président d'Yvelines Tourisme. Gonzague Saint-Bris, très en verve, enchaîne, réussissant en trois minutes et de grandes envolées à résumer l'histoire des jardins, de Nabuchodonosor à Le Nôtre.

Alain Baraton conclut avant d'entraîner l'assemblée faire un tour des bosquets tout en distillant ses innombrables anecdotes. On le suit les yeux fermés tout en devisant avec des jardiniers amateurs tout aussi passionnés. Comme ce couple de Moisson, proche de Giverny, qui a décidé d'ouvrir pour la première fois sa propriété au public. Un jardin extraordinaire où ils ont, à quatre mains, reconstitué à la fois une forêt balinaise et la nature finlandaise.

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:17

Balzac honoré par Gonzague Saint-Bris

30/10/2012 05:35
Jean Germain, Marion Dedieu et Gonzague Saint-Bris : le trio d'honneur de la soirée caritative donnée à l'hôtel de ville vendredi soir, au profit des enfants atteints du cancer. Jean Germain, Marion Dedieu et Gonzague Saint-Bris : le trio d'honneur de la soirée caritative donnée à l'hôtel de ville vendredi soir, au profit des enfants atteints du cancer.

Gonzague Saint-Bris nageait comme un sandre dans la Loire, vendredi soir, dans la prestigieuse salle des fêtes de l'hôtel de ville de Tours où il animait un dîner-conférence sur Honoré de Balzac. L'un des auteurs préférés du plus tourangeau des écrivains parisiens, comme en témoigne le livre qu'il lui a consacré : « Balzac, une vie de Roman » (Ed. Télémaque), et qu'il a longuement dédicacé avant et après le dîner.

Pour boire les paroles de ce conteur né – qui prend volontiers des libertés non pas avec l'Histoire mais les petites histoires qu'il raconte autour – plus d'une centaine de convives ravis d'avoir répondu présent à l'initiative du club Tours Cité des arts, l'un des 69 Lions Clubs du district Centre, créé en 1988 et présidée par Marion Dedieu.
Cette Tourangelle, à la tête d'un groupe d'entreprises spécialisées dans la restauration du patrimoine, n'avait pas eu trop de difficultés à convaincre l'écrivain-journaliste de se déplacer pour cette soirée caritative dont les bénéfices seront versés au profit des enfants atteints du cancer. En effet, Marion Dedieu habite l'hôtel Mame à Tours, ancienne demeure de la dynastie des imprimeurs tourangeaux, à laquelle la mère de Gonzague Saint-Bris appartenait. Une copie du contrat de mariage de son grand-père Armand Mame lui a d'ailleurs été remis par son hôtesse.
Jean Germain, qui avait fait l'amitié à la présidente de Tours Cité des arts d'assister à sa soirée, était amusé de s'entendre dire par le conférencier que sa mairie « comptait parmi les plus châteaux de la Loire ». « Je suis un châtelain sans le savoir », a répliqué celui que certains surnomment gentiment le roi Jean !

Évelyne Bellanger
Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 15:49

 

Un ancien Président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, de l’Académie Française.

Un ancien Premier Ministre, Michel Rocard, Un ancien Ministre des Affaires Etrangères, Hubert Védrine.

Un actuel immortel, Jean-Marie Rouart, de l’Académie Française, Président de l’édition 2012,

auteur de Napoléon ou la destinée et le Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Marisol Touraine.

Un empereur de la presse, Daniel Filipacchi, devenu un authentique écrivain.

Les plus grandes plumes de France de René de Obaldia, de l’Académie Française à Yann Queffélec, et les jeunes talents de la rentrée : Anne Bérest, Nicolas d’Estienne d’Orves, Stéphane Michaka, Florian Zeller. Des comédiens qui savent écrire : Clémentine Celarié, Lorànt Deutsch, Macha Méril, Francis Perrin, Smaïn.

Des sociologues : de Boris Cyrulnik à Yves Zoberman. Un ecclésiastique : l’Abbé de La Morandais.

Des essayistes : Philippe Dessertine, Roger-Pol Droit, Olivier Giscard d’Estaing, Michel Godet, Augustin de Romanet. Des journalistes : David Abiker, François de Closets, Patrick Mahé, Emmanuel de La Taille et Eric Naulleau. Des historiens de Simone Bertière à Jean Tulard. 200 auteurs, 200 bénévoles dans un village de 150 habitants et 30 communes associées, pardon de ne pouvoir tous les citer.

60.000 visiteurs, en une seule journée, le dernier dimanche d’août, dans le village forestier de Chanceaux-près-Loches, une manifestation gratuite et ouverte à tous qui, en raison de la foule qu’elle attire, a été qualifiée par la presse américaine de « Woodstock de la Littérature et le Glyndebourne de la Culture ».

Un temps radieux, des visiteurs heureux et nombreux, un colloque matinal sur la culture contre la crise animé par Jean-Claude Narcy, des lectures, des conférences, des pièces de théâtre, les conteurs du Val, le stand de lutte contre l’illettrisme, le stand de l’Office National des Forêts, l’espace éducation jeunesse, l’école d’écriture sur le Pré,  l’allée des bouquinistes, le Buffet des Misérables présenté par Sieur Sausin, le déjeuner sur l’herbe au Café des Deux Magots, le Piano Rouge de Frédéric La Verde auprès du Miroir aux fées, les expositions à la Mairie de Chanceaux : les Balzac de Martine Martine et les Tornades de Marie Hugo, artiste peintre et descendante du poète, sans oublier le buste de Balzac par Cyril de la Patellière.

L’Après-midi Victor Hugo au Bûcher du Château de Chanceaux suivi de la pièce de Théâtre écrite et interprétée par Pierrette Dupoyet : « Les Parias chez Hugo », le café littéraire animé par Christian Panvert, à 18h00 la remise des prix Les Lauriers Verts de La Forêt des Livres qui anticipent les récompenses de la rentrée où le jury montre qu’il a la main verte en désignant les jeunes pousses de la littérature en cette avant-première nationale à la rentrée littéraire en Touraine, et une magnifique soirée de clôture avec le « Seul en scène » de Francis Perrin.

Une journée enchanteresse, populaire et de qualité, pastorale, écologique, dans un lieu élu de la Touraine, un des plus jolis villages classés de la Vallée de l’Indre.

Des sponsors de qualité et des mécènes de haute tenue, le soutien primordial du Conseil Général d’Indre et Loire présidé par Frédéric Thomas, ainsi fut la XVIIe édition de LA FORET DES LIVRES avec, comme chaque année, un public de concert-pop pour une signature de bouquins dans une vallée verdoyante envahie par une foule fraternelle, un dimanche à la campagne où le bonheur s’écrit en toutes lettres.

Merci au Président de la République, François Hollande,  qui, « conscient que le rayonnement économique de la France est porté par de grandes initiatives culturelles et du succès constant de ces rencontres qui honorent la littérature et promeuvent le livre comme vecteur essentiel pour la diffusion de la culture », s’est félicité du succès de La Forêt des Livres.

Merci à nos soutiens : Le Conseil Général d’Indre-et-Loire, L’Office National des Forêts, La Caisse des Dépôts et Consignations, La Fondation Kronenbourg, Le Musée des Lettres et Manuscrits, La France Mutualiste, Le Groupe Allianz, Atout France, La Société Renault, Le Groupe Total, Les Vins de Loire, Télé 7 Jours, Radio Nostalgie.

Merci à nos auteurs, Merci à nos élus, Merci à nos bénévoles, Merci à nos visiteurs, Merci à vous.

Une journée d’exception qui se reproduira en 2013, le dimanche 25 août.

 

Votre Gonzague Saint Bris

Président-Fondateur de La Forêt Des Livres

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article