Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gonzague Saint Bris
  • Le blog de Gonzague Saint Bris
  • : Ce blog présente toutes les actualités de l'écrivain, journaliste et historien Gonzague SAINT BRIS.
  • Contact

Recherche

Catégories

15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 15:38

 Royal Blog | Vendredi 13 Mai 2011

 

link

 

Par Gonzague Saint Bris. L'écrivain distille sous sa plume quelques conseils aux jeunes époux royaux.

Gonzague Saint Bris - Paris Match

 

 

Le mariage étant un repas qui commence par le dessert, et eu égard à la perfection de votre cérémonie nuptiale – ponctualité, élégance, excellence – suivie à la télévision par un terrien sur trois, permettez à un humble républicain français de vous donner quelques avis sur la gastronomie de la vie.

En ce qui concerne l’avenir de votre union, vous pouvez choisir entre deux principes. Celui exprimé par l’écrivain français, grand ami du Royaume-Uni, André Maurois, l’auteur des « Silences du colonel Bramble » : « Un mariage heureux est une longue conversation qui semble toujours trop brève. » Ou celui formulé sous les couleurs de l’Irlande – que vous portiez si bien durant vos noces, William – par George Bernard Shaw : « Quand un homme et une femme sont mariés, ils ne font plus qu’un. La première difficulté est de décider lequel. »

Ne pas dévoiler les quelques gouttes de sang bleu de Kate

Avec ce beau conte de fées du prince qui, par deux fois, sur le balcon du palais, embrasse sa bergère sur la bouche, vous avez, cher futur roi d’Angleterre, réussi l’allégorie de la monarchie se mariant avec le peuple, créant d’emblée à l’orée du XXIe siècle une nouvelle adhésion populaire à la famille régnante. Dans ces conditions idéales de propagande spontanée, ne répandez surtout pas ce que les généalogistes ont récemment découvert, c’est-à-dire que dans les globules rouges de votre ravissante épouse, dont chacun se réjouit qu’elle descende d’un mineur, circulent aussi quelques gouttes de sang bleu. En effet, l’un des lointains ancêtres de Ca­the­rine, sir Thomas Leighton, officier-diplomate de l’ère élisabéthaine, a été gouverneur de Guernesey pendant près de quarante ans sous le règne de la Reine vierge. De son mariage avec Elizabeth Knollys, dame de la chambre privée d’Elizabeth Ire, sir Thomas a eu un fils et deux filles : Eli­za­beth et Anne, ancêtres de Kate et William. Tandis que le descendant d’Elizabeth – côté Kate – devient quincaillier à Stratford-upon-Avon vers 1800, les descendants d’Anne, au contraire, iront jusqu’à prendre leur place dans la gentry quand Adelaide Seymour épouse en 1854 Fre­de­rick, quatrième comte Spencer, le trisaïeul de Diana. En revanche n’hésitez pas à clamer partout que le Premier ministre actuel, David Cameron, est, lui, de sang royal… Personne ne sait encore qu’il descend de Guillaume IV le réformateur qui, à partir de 1830, œuvra avec succès pour élargir le suffrage en Angleterre !

A la suite du jour de votre mariage, ne vous inquiétez pas. Comme il est de tradition, les ennuis commencent. En général, ils proviennent des plus proches. N’avez-vous pas remarqué – évidemment cela se passait dans votre dos, devant plus de deux milliards de téléspectateurs – le flirt qui s’est ébauché en direct durant la cérémonie religieuse entre votre frère et SA sœur ? C’est vrai que Philippa a produit son petit effet – au grand dam des douairières d’Angleterre – en pénétrant les bras nus dans la cathédrale de Westminster où sont enterrés en manches longues Elizabeth Ire, Mary Stuart et Charles Dickens, l’auteur, entre autres, de cette maxime : « Dans le cœur humain, il y a des cordes qu’il est préférable de ne pas faire vibrer. » En tout cas dans un chœur… Harry n’a pas été insensible au trouble sexy qui émanait de Pippa dans sa robe immaculée. Dans le cortège, à son bras, elle éclatait de rire sous la voûte gothique et lui avait ce sourire roux et fauve typique du sanglier avant l’attaque.

Un feuilleton people inévitable

Henry, Charles, Albert, David a 26 ans et Philippa en a 27. Veut-il reconduire ce délice que vous avez vous-même si joliment consacré, c’est-à-dire épouser une femme très légèrement plus âgée que soi ? Harry aura-t-il l’élégance de demander la main de Pippa ou se contentera-t-il de tenter de la séduire ? Voilà le premier épisode des ennuis qui risquent de vous attendre dans le feuilleton people que de toute façon vous n’éviterez pas, même retirés dans votre paisible demeure de l’île d’Anglesey, dans le nord du pays de Galles, au moment même où vous ouvrirez le cadeau de mariage du président de la République française. Il émane d’une attention personnelle touchante et d’une connaissance raffinée de l’histoire contemporaine. En effet, ce coffret en cuir, une mallette de voyage fabriquée par Dupont, rappelle celui qui avait été fait par la même maison en 1947 à la demande du président Auriol, justement pour le mariage d’Elizabeth II


Quoi qu’il en soit, vous avez raison d’être heureux : votre avenir est radieux. Si vous mettez au monde un garçon, ce sera bon pour la monarchie, mais si c’est une fille qui naît la première, ce sera tout aussi enchanteur au moment où le gouver­nement britannique envisage de rendre le trône accessible aux filles aînées. Grâce à vous, la monarchie constitutionnelle apparaît comme la forme la plus moderne de la démocratie.

Au cas où vous seriez saisis d’un doute quelconque, soyez rassurés. Faites confiance au futur, appuyez-vous sur l’épaisseur historique qui vous précède et respirez à pleins poumons le parfum d’éternité qui vous devance. Pensez toujours à cette phrase de saint Augustin, celle que préfère votre père : « Ce qui est nouveau est caché dans ce qui est ancien ; ce qui est ancien se révèle dans ce qui est nouveau. »

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article

commentaires