Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gonzague Saint Bris
  • Le blog de Gonzague Saint Bris
  • : Ce blog présente toutes les actualités de l'écrivain, journaliste et historien Gonzague SAINT BRIS.
  • Contact

Recherche

Catégories

8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 16:44

par Gonzague SAINT BRIS

 

C’est quoi l’amour ? Une fulguration ? Une sublimation ? Une reconnaissance réciproque, soudaine et silencieuse ? Un éblouissement ? La certitude qu’on vient de décacheter le flacon du parfum du bonheur ? Le moment le plus beau, c’est quand enfin l’alliance relaie l’éclat du désir et tient les promesses de la passion. Cet instant parfait destiné à durer une éternité, je l’appelle Le Romantisme absolu. Et quel plus beau lieu pour le vivre ou le revivre que la plage de Cabourg, dans les sables du temps quand son festival fête ses trente ans ?

 

Aujourd’hui, en 2016, alors qu’il y a trois décennies je créais le Festival International du Film Romantique de Cabourg, voilà que l’on découvre que c’est par cette cité balnéaire normande que passe le méridien de l’amour, le Greenwich du désir. Et le plus beau, c’est que ce méridien de l’amour se situe dans la droite ligne de la légendaire promenade Marcel Proust, lui qui fut le plus grand producteur d’images de la littérature française. C’est sur la promenade qui porte aujourd’hui son nom que, la nuit venue, il assista à la première projection du cinématographe en plein air, tandis que la façade du Grand Hôtel était illuminée de milliers de piles électriques.

 

Le Festival du Film Romantique de Cabourg fête cette année ses trente ans. Jamais je n'oublierai ce rendez-vous où tout a commencé avec Bruno Coquatrix, le Maire de Cabourg. Accueillant, souriant et direct, l'idée que je lui avais présentée lui plut aussitôt. Il ne lui fallut que quelques secondes pour comprendre, acquiescer et applaudir. Le projet que je présentai au mythique directeur de l’Olympia était simple : créer à Cabourg, cité de bains de mer, mais aussi capitale des images : un Festival International du Film Romantique qui ferait entrer la station à partir de la plage de la nostalgie dans le futur des films. A l'instant où il prononça son "oui", un arc-en-ciel tomba de l'horizon sur la table nappée de blanc qui nous avait réunis… c'était un signe !

 

Cabourg était déjà une des grandes destinations du romantisme, George Sand y notait : « Il y a ici une collection d’enfants enragés, de mouvements et de baignades par tous les temps… », tandis qu’Alexandre Dumas, gourmand de tous les plaisirs, y avait repéré la bonne adresse de la mère Oseraie avec une vue superbe aussi bien sur la Vallée de la Touques que sur les vagues salées de la passion. Sur les sables du temps, ils avaient tous signé, de Théophile Gauthier à Jules de Goncourt, sans oublier Adolphe d’Ennery, un écrivain et dramaturge célèbre qui avait adapté pour les planches les romans de Jules Verne, et qui fut maire de Cabourg de 1855 à 1859. Notre nouveau et jeune maire, Tristan Duval, qui est issu du monde du spectacle et de la communication, est tout à fait dans cette lignée.

 

« Nous voici dans un singulier endroit, un bain de mer fait par des gens de théâtre, un bain de mer dont le maire est d’Ennery ! », n’avait manqué de remarquer, jadis et naguère, le spirituel Jules de Goncourt. Ainsi le théâtre de la mer allait-il accoucher d’une cité de cinéma. Le Romantisme, qui avait imposé la souveraineté de l’image, donnait un futur au souvenir en faisant déboucher Cabourg sur la série sans fin des émerveillements chaque année renouvelés du Septième Art. Après les séjours de Marcel Proust, le seigneur des images, des centaines d’actrices fameuses et de comédiens célèbres allaient défiler sur le tapis rouge posé sur la digue. Que de souvenirs depuis trente ans déclinant toutes les couleurs du bonheur et tous les aspects du talent !

 

A Cabourg tous les souvenirs ont droit de cité et tous reviennent en foule. Je me souviens de 2003, quand Isabelle Adjani y a reçu le Swann d’Or de la Meilleure Actrice et le Coup de Foudre pour le film de Benoît Jacquot, « Adolphe », adapté du chef d’œuvre romantique de Benjamin Constant.

 

Après trente ans de Festival Romantique, trente ans de création et d’amour pour le plus grand bonheur des habitants de Cabourg, cinéphiles de naissance, chaque court métrage et long métrage projetés, chaque comédienne et acteur récompensés, participent à la résurrection de cette immortelle impression. Elle est cristallisée par le regard de Proust fixant la Ville de Cabourg dans la perpétuité lorsqu’il y décrit la « liquide mobilité de la lumière »... Déjà une image de cinéma !

Gonzague Saint Bris sur la Promenade Marcel Proust à Cabourg.

Gonzague Saint Bris sur la Promenade Marcel Proust à Cabourg.

Gonzague Saint Bris en 1986, l’année où il créé le Festival du Film Romantique de Cabourg

Gonzague Saint Bris en 1986, l’année où il créé le Festival du Film Romantique de Cabourg

Les Nouveaux Romantiques : de gauche à droite Frédéric Mitterrand, Brice Lalonde, Gonzague Saint Bris, Patrick Poivre d’Arvor.

Les Nouveaux Romantiques : de gauche à droite Frédéric Mitterrand, Brice Lalonde, Gonzague Saint Bris, Patrick Poivre d’Arvor.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gonzague Saint Bris - dans Articles Parus
commenter cet article

commentaires